bones
Bienvenue, veuillez vous connecter pour surfer agréablement sur le forum et merci de votre participation, passez un bon moment.
Le staff.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fred Vargas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayla
agent du FBI
agent du FBI
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Fred Vargas   Dim 11 Fév - 14:07

Comme vous avez du le constater je passe pas mal de temps plongé des bouquins divers et variés...Je risque donc de polluer cette rubrique régulièrement. J'éspère que vous nem'en voudrez pas...
En fait, je ne pouvais pas m'empêcher de parler de Fred Vargas.Mon écrivain fétiche (avec une centaine d'autre mais c'est une autre histoire). C'est elle - et Elizabeth Georges dont je parlerais plus tard- qui m'a fait aimé le genre policier.

Contrairement à certaines de ses compatriotes qui surfent sur la vague "polar made in USA", Fred Vargas écrit "français".
Personnages fétiches de Fred Vargas, le commissaire Adamsberg, un peu sur le retour, et trois jeunes allumés inoffensifs, Marc, Lucien et Mathias. Ils sont tous les trois étudiants en Histoire, attention, pas la même période, ils se chamaillent sans arrêt là-dessus.
Ici, pas de sang qui gicle sur les murs ni de course-poursuite avec gros flingue. Les personnages lunaires sont entraînés malgré eux dans des enquêtes qu'ils résoudront par leur intelligence et leur sens de la déduction. Fred Vargas leur donne vie avec un sens aigu de la nature humaine et son écriture, radicalement poétique, donne à ses romans une incontestable fraîcheur.
Source : Polar au féminin.

Roman :

L'homme aux cercles bleus
Un peu plus loin sur la droite
Debout les morts
Pars vite et reviens tard
Coule la Seine
Sans feu ni lieu
Sous les vents de Neptune
Les jeux de l'amour et de la mort
Ceux qui vont mourir te saluent
L'homme à l'envers

Ces livres sont intelligents et extremement bien écrit. On ne s'y ennuie pas une minute bien que l'enquête semble particulièrement molle. Fred Vargas a crée deux séries de personnages :
Adamsberg, le commissaire hors norme qui croise la route de Camille dont il est amoureux au cours d'enquêtes incroyables; A chaque fois, elles partent d'un détail improbable (un 4 sur l porte, un cercle bleu...)pour arriver à des meurtres.
Les autres personnages sont une bande d'historiens vivant dans un vieux manoirs sous la houlette d'un acien flic, VanDoosler. Eux aussi croisent régulièrement la route d'Adamsberg.
Ces romans sont assez difficiles à résumer, mais pour vous mettre en bouche voici un extrait de l'Homme à l'Envers (qui est un de mes préférs peut être...°

Camille prit un bâton ferré et le Catalogue de l'outillage professionnel. C'était le genre de truc qu'elle aimait feuilleter par-dessus tout à l'occasion de moments privilégiés, au petit déjeuner, à l'heure du café, ou n'importe quand lorsque son humeur chancelait. Hormis cela, Camille avait des lectures à peu près normales. Ce penchant pour les matériaux et techniques indisposait Lawrence qui avait jeté d'autorité le Catalogue à la poubelle, parmi d'autres prospectus publicitaires. Cela lui suffisait que Camille soit plombier sans qu'elle convoite en outre l'équipement de tous les autres corps de métier. Camille l'avait récupéré, un peu taché, sans en faire une histoire. L'espérance excessive que Lawrence plaçait en toutes les femmes le portait paradoxalement au conformisme: il les logeait à un étage supérieur de la création, leur attribuant la capacité de dominer la réalité instinctive, leur confiant la charge de hisser les hommes hors de la matière fruste. Il les voulait sublimes et non pas communes, il les espérait presque immatérielles et non pas pragmatiques. Une idéalisation tout à fait incompatible avec le Catalogue de l'outillage professionnel. Camille reconnaissait à Lawrence son droit légitime à rêver mais s'estimait tout autant fondée à aimer les outils, comme n'importe quel connard, aurait dit Suzanne.
[...]Le catalogue, c'était l'espérance de contrer par la force combinée à la ruse tous les emmerdements de l'existence. Espérance fallacieuse, certes, mais espérance tout de même. Camille puisait ainsi son énergie vitale à deux sources: la composition musicale et le Catalogue de l'outillage professionnel. Dix ans plus tôt, elle comptait aussi sur l'amour, mais elle en avait beaucoup rabattu sur ce vieux truc rabâché de l'amour. L'amour vous donnait des ailes pour vous scier les jambes, ça ne valait donc pas trop le coup. Beaucoup moins le coup qu'un Cric hydraulique 10 tonnes, par exemple. En gros, avec l'amour, si vous n'aimiez pas quelqu'un, il restait, et si vous aimiez quelqu'un, il s'en allait. Un système simple, sans surprise, qui engendrait immanquablement un grand ennui ou une catastrophe. [...] Autant dire que Camille était devenue, en ce qui regardait l'amour, une semi-dure à cuire et elle n'en éprouvait ni regret ni satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marielle
Agent Spécial du FBI
Agent Spécial du FBI
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1031
Age : 43
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 13 Fév - 21:39

je suis en train de lire l'homme aux cercles bleux j'aime beaucoup c'est palpitant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fred Vargas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fred Vargas
» [J'ai lu] Dans les bois éternels de Fred Vargas
» UN PEU PLUS LOIN SUR LA DROITE de Fred Vargas
» Fred Vargas et le polar
» Fred VARGAS - L'Homme aux cercles bleus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bones :: Espace Détente :: Coin Bibliotheque-
Sauter vers: