bones
Bienvenue, veuillez vous connecter pour surfer agréablement sur le forum et merci de votre participation, passez un bon moment.
Le staff.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ...Le coin des minifics d'Ayla...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayla
agent du FBI
agent du FBI
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Lun 9 Juil - 16:02

Bien comme je le disais un post plus haut, j'ai écrit et poster deux petites fics sur ff.net il y a de ca un moment. Ce sont des one shot, ayant percé d'un coup dans mon imagination débridée... je me suis dit 'tant qu'à écrire des aneries autant en faire profiter tout le monde, donc les voici.

POur la première,il y a des possibilté -soit vous n'aimez que les happy end et vous la lisez jusqu'u bout, soit vous aimez 'le drama' et vous vous arrêter à l'espèce de barre que j'ai plus ou moins dessiné... d'après ce qu'on m'a dit et ce que j'ai moi même constaté; c'est bcp plus fort si vous ne lisez pas les dernières lignes. Mais comme je ne veux pas être responsable d'une augmentation du taux de suicide;..je vous met une petite fin 'alétaoire' (qui je dois dire, est assez décevante, je trouve) ... Allez j'en dit pas plus. Lisez, parréciez et ...commentez !

Ah oui, j'allais oublier, le titre c'est celui d'une chanson de Coldplay -magnifique et que je vous conseille. Ca veut dire 'frissons'


SHIVERS


Le mois de décembre était finalement arrivé sur Washington, emmenant avec lui une vague de froid spectaculaire et de gros nuages gris. Le ciel était si bas qu’on avait parfois l’impression de pouvoir le toucher rien qu’en levant la main. Temperance s’approcha sans bruit de la fenêtre de son bureau, et appuya son front contre la vitre glaciale. Dehors, deux étages au dessous, la rue était quasiment déserte. Une silhouette emmitouflée passa sur le trottoir. Un taxi s’arrêta dans un crissement de pneus, en sortirent un jeune couple enlacé. L’anthropologue les étudia un instant. De petite taille, la femme portait un bonnet vert pale, d’où s’échappaient des mèches brunes, une écharpe rose et un blouson noir. Ses jambes menues étaient moulées dans un jean épais. Son compagnon portait un pantalon noir, et un manteau long, vert kaki. IL avait glissé son bras, autour de la taille de son amie, découvrant un ventre arrondi. Temperance eut un sourire triste. Dans quelques mois, ils seraient trois…Les futurs parents s’engouffrèrent dans le hall de l’immeuble et disparurent.

Elle ferma les yeux, le cœur soudain au bord des lèvres, pourquoi était ce aussi dur ? Pourquoi fallait il toujours qu’on l’abandonne ?

Soudain, des voix familières lui parvinrent aux oreilles.

« Ce n’est pas normal, Jack. Elle…je ne sais plus quoi faire. » La voix angoissée d’Angela, de l’autre côté de la porte vitrée. La jeune artiste chuchotait, pour ne pas être entendu mais ces parois transparentes n’étaient pas du double vitrage. Elles formaient juste une barrière transparente entre vous et le reste du monde mais ne vous en protégeait pas. Rien, ne peut vous en protéger, songea soudain Temperance alors que la voix d’alto de Hodgins lui parvenait, comme légèrement assourdie. « Elle a simplement besoin de temps…Tu la connais, Ange. Cela ne se fera pas comme ça.

- Mais elle ne manifeste aucune émotion, elle…est distante. Froide.

- Laisse lui un peu de temps. » Temperance entendit les sanglots de son amie, dans son dos mais ne bougea pas. Elle ne pouvait plus bouger. « Après tout cela ne fait que deux jours, que… » La jeune femme se boucha instinctivement les oreilles. Elle ne voulait pas l’entendre. Plus jamais entendre ça. Elle exerça une telle pression sur ses tympans, qu’ils se mirent à siffler…finalement, lorsqu’elle les relâcha, Hodgins et Angela s’étaient tus. Elle rouvrit les yeux. Un rond de buée s’était formé au niveau de sa bouche, du bout des doigts elle y traça quelques mots. Les regarda un long moment avant de les effacer rageusement.

« Tu es prête ma chérie ? » Angela passa timidement la tête par l’entrebâillement de la porte du bureau où sa meilleure amie était enfermée depuis deux jours. Deux jours s’étaient déjà écoulés depuis qu’on le leur avait annoncé ; et Temperance n’avait pas bougé. Elle refusait de s’alimenter. Refusait de prendre l’air. De travailler. De rentrer chez elle. Elle restait juste là, plantée devant cette fenêtre, le regard vide. « C’est l’heure. » Sans un mot, Brennan attrapa son manteau, et son sac avant de se diriger résolument vers la sortie.

Ils étaient tous là, amis et famille. Proches et moins proches. Des collègues. Des connaissances. Ils étaient réunis avec lui pour la dernière fois. Dans la petite église, on entendait que des reniflements et des sanglots discrets. La voix du prêtre résonnait dans la nef, tandis que l’orgue entamait une marche funèbre. Temperance fixait ses chaussures, le cœur lourd, s’efforçant de ne pas écouter le préchi-precha. Tout cela n’étaient que des bêtises. Des idioties destinées à la faire se sentir mieux. Mais cela ne marcherait pas ; Parce qu’elle ne se sentait absolument pas mieux alors que l’homme d’église listait la liste des qualités des disparus comme il s’était agit d’une liste de courses. Elle voulait lui crier de se taire. Lui dire qu’il ne savait pas de quoi il parlait. De qui il parlait. Elle ne se sentit pas mieux non plus quand on l’obligea à verser un peu d’eau bénite sur le cercueil. Elle regarda les gouttes d’eau tomber sur les planches lustrées et sentit la nausée l’envahir. Une envie irrépressible d’ouvrir le couvercle la saisit, mais déjà la main d’Angela se posait sur la sienne et la guidait hors de l’église. Elle se tourna vers sa meilleure amie, et d’une voix détachée, lança : »Pourquoi n’est il pas là ? » Les yeux chocolat de la jeune artiste s’emplirent de larmes. « Je ne sais pas, chérie. » Articula-t-elle d’une voix étranglée. « Je ne comprend pas. »

Ils suivirent le cortège dans un froid glacial, leurs souffles chauds se transformaient en vapeur dans ce petit matin de décembre. Devant elle, elle reconnut Hank Luttrel et son épouse. Angela, qui était soutenue par Hodgins, était en larmes. Une goutte salée roula silencieusement sur la joue de son assistant qui ne fit aucun mouvement pour l’effacer. Goodman, à qui la mission de la soutenir était revenue vu l’état dans lequel se trouvait Angela, semblait avoir la respiration coupée. Hachée. Et il y avait des tas d’autres visages qu’elle ne parvenait pas à identifier mais tous semblaient anéantis. Leurs yeux étaient rouges, même ceux des deux militaires qui l’encadraient. Ses yeux à elle étaient secs.

Ils regardèrent le cercueil descendre lentement dans la fosse. Le grincement des cordes lui sembla assourdissant. Temperance avait la tête comme emplie de coton hydrophile, elle avait le sentiment que si le vent se levait brutalement, elle s’éparpillerait. Ses jambes étaient molles, et peinaient à soutenir son poids. D’ailleurs, si son supérieur ne la tenait pas fermement elle se serait probablement effondrée. Elle ne réussissait pas à focaliser son attention sur ce qui se passait. C’est comme si elle n’était pas vraiment avec eux. Tout cela ne la concernait pas vraiment…Cela ne pouvait pas être vrai.

C’est alors qu’elle l’aperçut, dans son costume noir. Il paraissait minuscule parmi tout ces gens, noyé dans la masse. Il tenait une rose rouge dans ses mains qui tremblaient, tandis que de grosses larmes roulaient sur ses joues pâles. Il serrait les dents pour s’empêcher de pleurer, mais son chagrin était trop gros. Trop fort. Et avait passé les barrières de ses yeux sombres…

Temperance le fixait avec intensité, l’image s’imprimant sur sa rétine. Lentement, elle prenait conscience de ce qui s’était passé. De ce que serait leur avenir, à tous. Sans lui. La douleur afflua dans chacun de ses membres, la laissant paralysée. Elle se plia légèrement en deux, luttant contre une nouvelle vague de nausée.

Il s’avança la tête haute, prenant garde à ne pas trébucher et la jeune femme sentit ses yeux la brûler. Sa gorge était sèche, elle tenta d’avaler sa salive mais ne parvint qu’à émettre un son étrange. A mi chemin entre le sanglot et la plainte animale. La main de Goodman se resserra un peu plus sur son bras. Elle étouffait. Il fallait qu’il la lâche sinon elle allait étouffer.

Ça y est, il était au bord du trou. Cette fois c’en était trop, l’anthropologue se dégagea brutalement, et se dirigea vers la grille, faisant crisser le gravier sous ses pas. Tout le monde la regardait mais cela lui était égal, elle ne pouvait pas faire ça. C’était impossible.

Oui, lorsque Parker Booth déposa une rose sur le cercueil de son père, le monde Temperance Brennan s’écroula brutalement.

Elle ne savait plus depuis combien de temps exactement elle courrait. Le paysage défilait à une vitesse incroyable sous ses yeux embués, le froid lui donnait la chair de poule et lui brûlait l’intérieur des poumons. C’était douloureux et salvateur. Désormais chacune de ses foulées lui arrachait un gémissement de douleur, mais elle continuait d’avancer droit devant. Elle fonçait sans se soucier des voitures qui klaxonnaient, des insultes, des passants qu’elle bousculait sans ménagement. Elle ne voyait pas. Ne les entendait pas.

Brennan continua de courir jusqu’à ce que ses jambes ne la lâchent, que la douleur ne soit trop forte pour même pouvoir respirer. Chaque inspiration était une torture. Son estomac se souleva, et elle en expulsa le maigre contenu contre un arbre. Désormais, elle avait un gout de bile et de sang dans la bouche. Elle était vide. Complètement vide de lui, de tout. Alors elle se laissa tomber, au beau milieu de l’allée et ferma les yeux. Elle aurait aimé être morte.

Lorsqu’elle souleva les paupières, quelques minutes plus tard, son étonnement fut grand en s’apercevant qu’elle était finalement arrivée dans le parc. Leur parc. Inconsciemment, ses pas l’avaient menés à leur endroit préféré. UN petit coin au milieu du parc, coincé entre un sycomore tricentenaire et une cascade d’eau boueuse, cet endroit était quasiment invisible. Ils l’avaient découvert par hasard en faisant leur jogging, et c’est à cet endroit qu’ils faisaient leur pause bien méritée après les kilomètres de course. C’est aussi là qu’ils avaient échangé leur premier baiser, moins d’une semaine avant ce tragique accident.

La jeune femme sentit soudain le chagrin s’emparer d’elle. Tout ce qu’elle retenait au fond d’elle depuis l’annonce de sa mort…explosa, et elle fondit en larmes. Elle sanglotait à n’en plus pouvoir, à en étouffer. Il était parti à jamais. Elle pensait à Parker qui n’avait plus de père. Qui sentirait ce vide immense en lui, pour toujours comme elle l’avait sentit. Comme elle le sentait. Elle songea à toutes les choses qu’elle ne lui avait pas dites. Et à toutes celles qu’elle regrettait de lui avoir dites. Elle songea aussi à ce qu’aurait pu être leur futur. Finalement, lorsque les larmes se tarirent, Temperance fouilla dans sa poche à la recherche de son portable et composa un numéro.

« Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de Seeley Booth. Je ne suis pas disponible pour le moment, mais vous pouvez me laisser un message et je vous rappellerais ?

- Seeley…j’ai besoin de toi, sanglota-t-elle. Reviens s’il te plait. » Et elle ferma les yeux.

ooOOoo
(fin n°1)

« Temperance ! Temperance ! » Quelqu’un la secouait violement. Tremblante, elle avait du mal à respirer. Elle était couverte de sueur et son cœur battait la chamade dans sa poitrine. Tout son corps était douloureux comme si elle avait couru le marathon. « Temp ! Ouvrez les yeux. Regarde moi. » Elle se força à soulever les paupières. Observant autour d’elle, elle constata qu’elle n’était plus dans le parc mais à l’institut. Dans son bureau. Quelqu’un l’avait ramenée ici et allongée sur le canapé, songea-t-elle. « Est-ce que ça va ? » Cette voix…elle la connaissait.

« Booth ? C’est vous ?

-Oui » Le regard noir la scrutait avec inquiétude. L’anthropologue secoua la tête, comme pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas. Mais c’était bien lui. Seeley Booth, dans son costume noir, agenouillé près d’elle. « Vous n’êtes pas mort ? » Cette fois, il rit. « Eh bien non, comme vous le voyez. Déçue ?» Son amie le regardait comme si elle voyait un fantôme, les yeux écarquillés, plus blanche qu’un linge. « Temperance ? Ça ne va pas ? » Elle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit, signe que quelque chose n’allait pas, elle qui d’habitude voulait toujours avoir le dernier mot… Ses yeux reflétaient une douleur sourde. Soudain l’air sembla se raréfier dans ses poumons. Elle n’arrivait plus à respirer. UN voile noir tomba devant ses yeux. C’était trop pour elle. Toutes ses émotions qu’elle avait refoulées au plus profond d’elle-même ressurgirent toutes en même temps et la submergèrent avec trop de violence. Elle fondit en larmes, parcourue de violents frissons. « Oh Seeley, Seeley… » Inquiet, l’agent la serra contre lui. « Chuut…je suis là. Calmez vous. Respirez profondément. Là…voilà. » Tandis qu’il la berçait, il lui fredonnait une petite mélodie sans parole. Celle qu’il chantait à Parker lorsque le petit garçon faisait un cauchemar. Peu à peu, la crise sembla se calmer et elle releva son regard bleu vers lui.

« Qu’est ce qui s’est passé ?

- Vous avez du faire un cauchemar...c’est fini, maintenant.

- Je…j’ai rêvé ? Mais ça avait l’air si réel !

- Vous n’avez pas bougé d’ici depuis le début de cette enquête, Bones. Je vous le jure. » Devant son visage décomposé, il ajouta. « C’était quoi ce mauvais rêve ?

- Je…vous étiez mort. Et…c’était horrible. Vraiment horrible. Parce que j’avais besoin de vous et…vous n’étiez plus là » La jeune femme enfouit son visage dans la chemise de l’agent. « Mais je suis là…je serais toujours là. » Il lui caressa doucement le front et elle savoura la douceur main fraîche sur sa peau. « Bon sang, mais vous êtes brûlante ! Pas étonnant que vous déliriez… Allez venez, je vous raccompagne chez vous.

- Mais…

- Pas de mais ! ON y va. Maintenant.

- D’accord. » Il l’aida à se redresser, et à enfiler son manteau. Dehors la neige s’était finalement mise à tomber, couvrant la ville d’un manteau blanc immaculé. Sans un mot, il la ramena chez elle.. Au moment de descendre de la voiture, elle s’arrêta un instant. « Booth ?

- Oui ?

- Ne mourrez jamais, s’il vous plaît. » Il sourit. « Je ferais de mon mieux, Bones… »

FIN ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla
agent du FBI
agent du FBI
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Lun 9 Juil - 16:07

La seconde est nettement plus optimisme - je ne suis pas dépressive, pas complétement toujours, je vous rassure - c'est une song fic. J’ai découvert cette chansons de Keith Urban , il n’y a pas longtemps et j’ai tout de siute adoré… après je me suis demandé ce que je pourrais bien en faire. C’est là que j’ai eu une idée de fic. Une song-fic, donc. Une fois qu’elle a été écrite je me suis dit que je pourrais très bien vous l’infliger… et puis on verrait bien. Alors là voilà. J’attend vos commentaires avec impatience…
PS : comme d'habitude, je vous enjoins d'écouter la chanson en même temps...c'est tellement mieux. (je suis totalement accro à la musique, ca devient grave)

« You Look Good In My Shirt »


Booth entrouvrit les yeux, et regarda autour de lui. La pièce dans laquelle il se trouvait était plongée dans l’obscurité, il ne reconnaissait rien. Il fit glisser se main sur la place à côté de lui. Vide. Mais l’oreiller était encore tiède, signe qu’il avait eu de la compagnie. Tâtonnant pour trouver un interrupteur, l’agent du FBI essaya de rassembler ses souvenirs. Quelle heure pouvait il bien être ? Enfin, il réussi à trouver cette fichue lampe et ce fut comme si quelqu’un allumait la lumière dans son cerveau. IL était dans une chambre. SA chambre, à elle. La veille au soir, il n’avait pas vraiment eu le loisir d’observer la décoration mais maintenant il s’apercevait qu’en fait de mobilier, il n’y avait qu’un grand lit. Lit dans lequel il se trouvait. Booth s’assit sur le bord, et continua son inspection. De chaque côté du lit, se trouvaient deux tables de nuit, une était couverte de livres, et sur la seconde reposaient deux téléphones portables. Ainsi qu’une lampe de chevet à abat jour bleu pastel. Quelques photos sur les murs, des paysages du monde entier. Il lui semblait reconnaître le Guatemala, et puis le Vietnam… pour les autres, il était totalement perdu. Booth en était là de ses observations lorsque deux mains fines vinrent se poser sur ses yeux, il sursauta. La jeune femme s’était glissée silencieusement dans son dos, il sentait la chaleur de son corps tout contre le sien. La douceur de sa peau. L’agent du Fbi prit une large inspiration, s’enivrant du parfum : il retrouva sa propre odeur, mêlé à l’odeur plus féminine de son amie. Soudain, elle se pencha vers lui, ses longs cheveux lui chatouillant le nez au passage, et murmura : ‘Devine qui c’est ?’

When you walked up behind me and covered my eyes
Quand tu arrivas dans mon dos, et couvrit mes yeux
And whispered in my ear, guess who
Murmurant à mon oreille ‘Devine qui est ce ?’


Seeley sourit, à l’écoute de cette voix si familière. Un sourire malin apparut sur son visage. « Helena ? Johanna ? Lucy ? Mary ? » Elle rit à son tour et lui administra un petit coup dans les omoplates. « aieuuuh ! Donnez moi un indice mystérieuse inconnue…

- Je suis la meilleure chose qui vous soit arrivée, Mr L’agent spécial Casanova !

- Ah ! Moi qui croyais que c’était Temperance…

- Ey ! » Il reçut un nouveau coup de poing. « Fais attention à ce que tu dis ! »

I rattled off names like I really didn't know
J’ai énuméré une liste de noms, comme si je ne te reconnaissais réellement pas
But all along I knew it was you
Mais depuis le début, je savais que c’était toi.


Seeley rit, se retourna sans prévenir et la fit basculer sur le grand lit. Il était à présent au dessus d’elle et lui tenait fermement les poignets au dessus de sa tête. ‘Je te tiens, Temperance’ Murmura-t-il d’une voix que l’émotion rendait rauque. L’anthropologue était entièrement nue, à l’exception de la chemise blanche qu’elle avait enfilée. Il reconnut le tissu un peu usé, imprégné de son propre parfum et sourit. « Mais c’est à moi, ceci … Vous avez volé un agent du FBI, vous devrez payer, Mlle. » Il plongea son regard noir brûlant de désir dans les yeux de la jeune femme dont le regard bleu gris se troubla. « Qu’allez vous faire de moi ? » Parvint elle à articuler.

« Je ne sais pas encore. Mais je vais commencer par vous déshabiller…

- Ah oui ?

- Afin de récupérer ma chemise. » Temperance eut un sourire mutin. « Vous voulez cette chemise ?

- Mmmm.

- Alors il faudra que vous m’embrassiez d’abord.» Seeley se pencha pour s’exécuter et la jeune femme en profita pour se libérer. Elle roula sur le ventre, passant par-dessus lui et d’un bond, elle était debout à l’autre bout de la pièce, le regard triomphant. Un sourire de victoire éclairait son visage, ne la rendant que plus belle encore. L’agent éclata de rire. « Tu veux jouer à ça ? Très bien. » En quelques secondes, il la rattrapa et la serra de toutes ses forces. Leurs visages n’étaient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre, mêlant leurs souffles chauds et humides. La tension qui émanait de leurs corps était palpable, le corps à corps dura quelques secondes encore et puis ils se laissèrent emporter par leurs émotions. Seeley la guida doucement vers le lit. Ils goûtèrent l’explosion de leurs sensations. Leurs deux corps s’imbriquaient à la perfection comme deux pièces du même puzzle et Entamèrent un ballet muet, jusqu’à l’apogée. Puis ils retombèrent, épuisés et en sueur mais tellement heureux, sur le matelas.

Plus tard…

Les deux amants étaient lovés l’un contre l’autre, leurs deux corps étroitement enlacés. La jeune femme avait posé sa tête au creux de l’épaule de son compagnon et lui avait enfouit son visage dans les cheveux encore humide. Ils ne bougeaient pas, comme si le moindre mouvement risquait de gâcher cette harmonie parfaite. Cette sensation d’unité avec l’univers tout entier. C’est elle qui rompit le silence la première. « Comment on en est arrivé là, Seeley ?

- Là ? Tu veux dire dans ton lit ?

- Je veux dire…tous les deux. Toi et moi. Nous. Ensembles. » Il fronça les sourcils, un peu intrigué. « Je ne sais pas. ON a pas mal bu, hier soir non ?

- Oui. Mais pas assez pour perdre totalement le contrôle de nous-mêmes. On n’a même pas la gueule de bois.

- Alors…peut être que c’est ce que nous voulions tous les deux ? » Elle secoua la tête, agacée. « Bien sur que c’est ce que nous voulions ! Je ne t’ai pas violé, ce que je sache !

- Non. Et si mes souvenirs sont bons, tu étais plutôt partante aussi… » La petite pique eut au moins pour effet de la détendre un peu. Mais elle attendait toujours une réponse, il le sentait. « Tempe’. Je ne comprends pas du tout ta question.

- Pourquoi c’est ce que nous voulions tous les deux ?

- woaow. Je ne sais pas. Tu regrettes ? » Malgré lui, Seeley appréhendait légèrement la réponse. Parce que lui ne regrettait rien. Il serait prêt à recommencer, encore et encore. « Non. Mais je ne comprends pas et ça m’énerve… « Soulagé, il se mit à rire. Il l’attira un peu plus près et lui déposa un baiser sur la tempe. « ON a beaucoup parlé, au bar. On avait tous les deux besoin de réconfort. J’étais là. Tu étais là. C’est juste…arrivé.

And, the longer we talked, the more we laughed
Plus nous parlions, plus nous riions
And wondered why we didn't last
Nous nous demandions pourquoi nous n’avions rien fait.


Elle resta silencieuse, semblant méditer ces quelques mots. « Ce n’était pas la première fois, laissa t-elle tomber finalement.

- Quoi ?

- Que je me sentais seule. Que nous avions eu une sale journée. Et qu’on avait besoin de réconfort…alors pourquoi… » Booth soupira, faussement excédé. « Les émotions ne se contrôlent pas vraiment, Bones. Tu ne peux pas les analyser. Qui sait ? Peut être qu’on attendait le bon moment depuis le premier jour ? » Elle se redressa, légèrement sur un coude et planta son regard gris bleu dans celui de son partenaire. « Tu crois ?

- Je n’en sais absolument rien. Et je m’en fiche…ON est bien là, non ? » La jeune femme sourit, doucement. « Oui. On est bien là.

- Alors ne te pose pas de questions, profites.

- Oui mais… » Il l’embrassa pour la faire taire. «Chutt. Profite. Carpe Diem.

- Carpe Noctem, plutôt corrigea –t-elle avec un air mutin.

It had been a long time, but later last night
Cela nous a pris un du temps, mais plus tard la nuit dernière
Baby, we caught up real fast
Bébé, nous avons rattrapé le temps perdu vraiment vite.


Seeley et Temperance restèrent encore un peu, l’un contre l’autre savourant l’instant. Puis elle se redressa complètement, parfaitement réveillée. « Je vais préparer le petit déjeuner, annonça-t-elle d’une voix qui ne laissait aucune place aux protestations. « Toi tu restes ici. » Seeley songea un instant à lui faire remarquer qu’en tant que Male Alpha de la pièce, il était plutôt celui qui devrait aller se charger du ravitaillement mais son instinct le poussa à se taire… Temperance était indépendante. Et si elle avait décidé de s’occuper du petit déjeuner, mieux valait la laisser faire. Amusé, il la regarda donc ré-enfiler sa chemise blanche, un peu froissée désormais et quitter la chambre, pieds nus. Il suivit des yeux les courbes parfaites de son amie, son épaule légèrement dénudée là ou le tissu trop ample avait glissé. L’ex tireur d’élite écouta un moment les bruits provenant de la cuisine. Temperance ouvrait et refermait les placards. Rapidement, une odeur de café emplit la pièce et il sentit l’eau lui monter à la bouche. Pour patienter, il s’obligea à songer à autre chose. Ses pensées le ramenaient toujours à ce qui s’était passé la nuit dernière… Il aurait aimé savoir où tout cela les mènerait, ce qui se passerait ensuite, ce que l’avenir leu réservait ; seulement il était trop tôt pour ça.

And maybe it's a little too early
Et peut être qu’il est un peu trop tôt,
To know if this is gonna work
Pour savoir si cela va fonctionner


Déjà, Temperance réapparaissait, les bras chargés de victuailles. Il rit devant le plateau plein. « Tu crois qu’on va manger tout ça ?

- Oui. En tout cas, moi, je suis morte de faim.

- Dans ce cas… » Il écarta le drap pour la laisser se glisser près d’elle. Les deux amants entamèrent joyeusement, le petit déjeuner. Se contentant de savourer le moment. Carpe Diem.

All I know is you're sure looking
Tout ce que je sais c’est que tu es
Good in my shirt
Belle dans ma chemise
That's right
C’est la vérité
You look good in my shirt
Tu es magnifique dans ma chemise


Plus tard, lorsqu’il ne resta plus une miette sur le plateau. Lorsqu’ils furent repus, non seulement de café et de pains grillés, mais aussi de baisers. Lorsque le soleil fut complètement levé, les deux amants s’habillèrent lentement. En silence, comme si ils prenaient soudain conscience que tout était fini. Qu’il n’y aurait peut être pas d’autres nuits. Plus de petits déjeuners paresseux. Plus de confidence sur l’oreiller. Ils s’étaient bien amusés, merci et salut ! UN goût amer dans la bouche, Seeley observa Temperance qui attachait ses cheveux en une queue de cheval brouillonne. Il se sentait bien, incroyablement bien, jusqu’à ce moment. Ils avaient voulu se réconforter et ça avait été un succès. Seulement maintenant…comment allaient ils gérer cela ?

Well now I'm not saying we solved overnight
Bien je ne dis pas que nous avons réglé en une seule nuit
Every way that we went wrong
Tout ce qui n’allait pas


« Temperance… Il faut qu’on parle.

- En chemin. On est déjà en retard. » Sans lui jeter un coup d’œil, elle saisit son sac et son trousseau de clés. Il captura le poignet fin, et lui lança un regard profond. « Non maintenant. » Surprise, par la véhémence de Booth, la jeune femme ne songea même pas à protester. « OK » Ils s’assirent dans le canapé du salon. « Qu’est ce qu’il y a BOOth ? » Demanda-t-elle nerveusement. La situation la mettait mal à l’aise. Elle n’avait jamais été douée pour gérer les relations amoureuses et espérait que cela se réglerait tout seul. Que si elle n’y pensais pas, cela se ferait naturellement. Mais Booth ne semblait pas de cet avis. « Qu’est ce qu’on va faire maintenant ?

- Comment ça ?

- Bones ! On vient de passer une nuit ensemble ! Et tu comptes faire quoi ? Comme si il ne s’était rien passé ? Au revoir et merci ? » La jeune femme baissa les yeux, vaguement coupable. « Je suis désolée, Seeley. » L’agent se sentit soudain mal, il n’avait pas voulu lui faire de peine. Doucement, il glissa un index sous le menton de Temperance pour l’obliger à le regarder. « Tu n’as pas à être désolée… ON est responsables tous les deux. Ce que je veux simplement savoir, c’est si je dois attendre…une suite ? Si je dois…espérer ?

- …

- Tempe’…Cette nuit a été fantastique, et…enfin, pour moi. »

Oh, but what I'm seeing I'd sure love seeing
Oh mais ce que je suis en train de voir, j’adorerais le revoir
Every morning from now on
Chaque matin à partir de maintenant.


Elle lui sourit. « Moi aussi.

- Bien ; je…est ce qu’il y en aura d’autres ? » L’anthropologue parut soudain déstabilisée. « Je ne sais pas. Peut être…

- Peut être ce n’est pas une réponse !

- Je n’en ai pas d’autres, Seeley. Je suis désolée. J’aimerai vraiment pouvoir te répondre mais je ne sais pas. C’est allé si vite, je ne sais pas comment réagir…d’habitude je contrôle tout. Je sais ce que j’ai à faire mais là…je suis perdue ». Il la scruta attentivement, prenant conscience qu’elle ne cherchait pas à le fuir. A le faire sortir en vitesse. Non, elle ne savait vraiment pas. Il aurait du s’en douter, Temperance n’était pas comme lui, elle aurait besoin de plus de temps. De repères. « Ok. On pourrait peut être… dîner ensemble d’accord ?

- Dîner ?

- Oui, un dîner. Dans un restaurant. » Elle lui lança un regard interrogateur. « ON a prouvé qu’on pouvait maîtriser la partie ‘physique’ de la relation, non ? » Elle repensa à la nuit précédente, puis au matin. « Oui. On s’en est bien tiré.

- Alors on pourrait essayer autre chose, OK ? Les rendez vous. Les dîners. Et on verra bien ce qui arrivera. » Temperance le considéra avec gravité pendant un bon moment, puis acquiesça. « D’accord. » Les deux jeunes gens échangèrent un long regard, et sourirent.

C'mon now
Viens maintenant
Aww that's right
Ah, c’est vrai
Oh you look so fine
Tu es si belle.


Aucun des deux ne savaient où tout cela les conduirait, ce qu’il en ressortirait mais ils allaient essayer…

Carpe Diem. Carpe Noctem.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rowane78
Modo générale du BuffAngel
Modo générale du BuffAngel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 292
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Lun 9 Juil - 17:41

GENIAL !!! j'ai adoré les deux fic !!!!!!!
Avec une préférence pour le premier ... mais elles sont toutes les deux trop bien ^^ bravo

_________________


Supérieur de Booth : Dr Brennan pour que nous déclenchions une enquête, vous devez déclarer que c'est un meurtre
Goodman : sans enquête on ne pourra établir que c'est un meurtre, mais il n'y aura pas d'enquête tant que le docteur Brennan ne dira pas que c'est un meurtre... dois-je appeler un philosophe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oo0-Bones-0oo.skyblog.com
Ygrain
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Nombre de messages : 878
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Lun 9 Juil - 17:55

J'ai beaucoup aimé aussi tes 2 minifcs....
Sur la première je préfère avec la première fin!! c'est triste, mais réaliste et bien écrit!! On partage bien le dessarroide temp et cette sensation de néant qui a pris possession d'elle!!! cela dit j'adore la phrase finale de la deuxième fin: excellente!!!

Mais j'ai un faible pour la seconde (la songfic) pas parce qu'elle est ship mais aprce qu'elle est toute mignone, qu'elle parle de personnage de leur sentiment tout en pudeur... J'aime le côté qu'il soit un peu largué par rapport à ceux qu'ils ont fait, que temp se demande pourquoi maintenant .... mais qu'en même temps ils n'oublient pas de profiter du moment présent!!

J'aime vraiment beaucoup ton style.... tes histories sont vraiment plaisante à lire, j'espère que tu nous fera d'autres petits scènes comme ça!! ... Wink

_________________

kit d'Anita
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gogo
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1217
Age : 22
Localisation : en France, dans une ville paumée au milieu de nulle part, dans une maison, devant mon ordi!!
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Dim 26 Aoû - 22:48

c'est super !!
j'adore la première...
est-ce que tu comptes faire une suite ??

_________________
**Gogo**


LOVE NCIS + LOVE BONES = LOVE ME !!
Bienvenue chez les floodeurs professionnels !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
e4s
stagiaire
stagiaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6
Age : 26
Localisation : sur une scène de crime avec Bones et Booth
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Mer 5 Sep - 19:29

Super tes fics ! A quand les prochaines ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BOnesAccrO
expert médico-légal
expert médico-légal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 25
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Dim 9 Sep - 21:51

Je les ai deja lu et jadore !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakartonegrav.skyblog.com
gogo
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1217
Age : 22
Localisation : en France, dans une ville paumée au milieu de nulle part, dans une maison, devant mon ordi!!
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Ven 14 Sep - 22:56

je les lis et je les relis...
toujours la même émotion !!

_________________
**Gogo**


LOVE NCIS + LOVE BONES = LOVE ME !!
Bienvenue chez les floodeurs professionnels !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rowane78
Modo générale du BuffAngel
Modo générale du BuffAngel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 292
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Mer 19 Sep - 23:15

Donc je t'avais demandé pour publier shiver sur mon blog : http://oo0-bones-0oo.skyrock.com

Voici donc les commentaires laissaient par les fans :



*****************************************************





s5smallville, Posté le mercredi 11 juillet 2007 18:39
trè belle fanfiction



filament-de-lune, Posté le mercredi 19 septembre 2007 17:45
Moi j'aime les deux fins ! Elles sont toute les deux magnifiques mais il est vrai que la première fin pourrait engendrer quelques uicides supplémentaires, comme tu dis ! Mais c'est tellement Bô !



photos---fashion, Posté le lundi 20 août 2007 18:13
c'esyt vraiment très beau et très touchant!!!




karine, Posté le vendredi 10 août 2007 14:50
ARGH ! C'était MAGNIFIQUE ! Bravo, bravo ! C'est la meilleure fanfiction que je n'ai jamais lue ! Je suis toute chambouller !




bones91080, Posté le lundi 30 juillet 2007 16:18
a lala sé té un réve!!! pfouiiii je préfére sa! chui com meme en larme paske sé tro mimi: ne mourrez jamais svp et oui je ferai de mon mieu..."

sé cro mimi!




bones91080, Posté le lundi 30 juillet 2007 16:14
vé lmire la suite paske la chui toute triste!Sad




bones91080, Posté le lundi 30 juillet 2007 16:14
la rpemiere parti é tro triste!! je sui en larme (com toujour!)




Sophia-stuff, Posté le jeudi 12 juillet 2007 13:38
GENIAL J'ADORE ROLALA J'AI EU PEUR AU DEBUT MAIS HEUREUSEMENT QUE ce N'ETAIT QU'UN REVE!!!^^




x-b0n3s-x, Posté le jeudi 12 juillet 2007 11:37
c wOuahOu!! j'avais envie de pleurer a la fin 1^^




x-b0n3s-x, Posté le jeudi 12 juillet 2007 11:36
alalala j'adOre ce qu'elle a écrit!!




x-b0n3s-x, Posté le jeudi 12 juillet 2007 11:36
han c déja fini??

_________________


Supérieur de Booth : Dr Brennan pour que nous déclenchions une enquête, vous devez déclarer que c'est un meurtre
Goodman : sans enquête on ne pourra établir que c'est un meurtre, mais il n'y aura pas d'enquête tant que le docteur Brennan ne dira pas que c'est un meurtre... dois-je appeler un philosophe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oo0-Bones-0oo.skyblog.com
gogo
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1217
Age : 22
Localisation : en France, dans une ville paumée au milieu de nulle part, dans une maison, devant mon ordi!!
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Jeu 20 Sep - 13:28

mdr les coms !!
c'est trop fort !!

_________________
**Gogo**


LOVE NCIS + LOVE BONES = LOVE ME !!
Bienvenue chez les floodeurs professionnels !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ewiliane
assistant
assistant
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Jeu 4 Oct - 20:38

Trop bien tes mini fic ! J'en veux plein d'autre des comme ça !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Motoko Ayoama
expert médico-légal
expert médico-légal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 217
Age : 29
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Jeu 4 Oct - 21:14

Très belle fan fiction qu'est la 2e. J'en ai des larmes aux yeux si si je vous jure. Très belle écriture, on voit tout de suite que tu connais bien les deux personnages Smile

Une suite une suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/motokoayoama
gogo
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1217
Age : 22
Localisation : en France, dans une ville paumée au milieu de nulle part, dans une maison, devant mon ordi!!
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Ven 5 Oct - 18:50

je ne me lasse pas de les lire et les relire... toujours avec la même émotion !!
Tu as vraiment un talent !!

_________________
**Gogo**


LOVE NCIS + LOVE BONES = LOVE ME !!
Bienvenue chez les floodeurs professionnels !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myaparker
expert médico-légal
expert médico-légal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 315
Age : 30
Localisation : Au Québec
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   Mer 9 Jan - 3:57

Je les avais déjà lu sur ffnet et j'adore les relire encore et encore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ...Le coin des minifics d'Ayla...   

Revenir en haut Aller en bas
 
...Le coin des minifics d'Ayla...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coin d'échange + Discussion et conseils entre Numismates
» Le bon coin
» LOT DU BON COIN
» le coin des bonnes affaires
» Un coin de ciel bleu de Deplano et Jarry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bones :: Fanarts de la série :: Fanfictions-
Sauter vers: